Notre devise

« Bien penser. Bien dire. Bien faire. »

Le 9 février 1848, la loge adopte comme devise :

Foi, Persévérance, Dévouement.

« La foi qui encourage et conduit au triomphe ; la persévérance qui surmonte et anéantit les obstacles ; le dévouement qui fait faire le bien sans espoir d’autres récompenses que la satisfaction de sa conscience. »

En 1864, une nouvelle devise apparaît sur le sceau de la loge :

Bien penser. Bien dire. Bien faire. 

À l’instar des peuples de l’antiquité et pour dépasser la dualité, nombre de visions du monde ont été et restent encore basées sur des trilogies :

  • Les peuples premiers honorent les trois éléments de Gaïa : la terre, l’air et l’eau. 
  • Le personnage de Merlin l’enchanteur fascine les érudits qui aspirent à remonter à la source des trois spirales magiques qui composent le Chemin des 9 mondes. C’est la triskèle légendaire celtique et ses trois trilogies : la terre, l’eau et l’air ; le corps, la raison et l’esprit ; le vrai, le faux et l’inconnaissable.
  • Albert Camus ajoute une troisième dimension dans son analyse des comportements humains : il confronte le passionnel et le rationnel à l’absurde. 
  • Les trois registres de la psychanalyse de Lacan sont : le réel, le symbolique et l’imaginaire. 

Si le sigle PDF signifie aujourd’hui pour le commun des mortels « Portable Document Format », le PDF est, pour les initiés de Triple Union et Amitié, l’abréviation du Penser, du Dire et du Faire qui, associés avec l’adverbe « bien », nous enjoint à travailler sans relâche. 

Bien penser

« Je pense donc je suis », dit Descartes dans son Discours de la Méthode. S’il est naturel de penser, bien penser est une quête sans fin : la recherche permanente de la vérité, ou plutôt des vérités. Cultiver l’art de la pensée positive est une clé importante de bien-être et de bonheur. 

« L’ignorant affirme, le savant doute, le sage réfléchit ».

Aristote

L’Apprenti, par la force du silence, apprend à bien penser.

Bien dire

Pas de miracle : toutes les capacités du genre humain se sont développées progressivement. Le langage le plus ancien était oral, puis sont venues l’écriture et la lecture. Le langage est indispensable au développement de la conscience réfléchie de la pensée. L’incroyable développement des moyens de communication dématérialisés et globalisés est un vrai risque de déshumanisation de nos sociétés. 

« Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement et les mots pour le dire arrivent aisément ».

Boileau

Le Compagnon, sur les chemins de l’étonnement, s’exerce à bien dire.

Bien faire

Nous recherchons tous la cohérence entre nos idées et nos paroles. Mais, pour éviter d’être un « yakafocon », il est nécessaire de passer de la parole aux actes. Cette recherche de congruence est une vertu cardinale du bien-être  ; un dépassement du mode binaire des machines et de ladite « intelligence artificielle » pour équilibrer, tant que faire se peut, nos idées, nos paroles et nos actes.

« J’entends et j’oublie, je vois et je me souviens, je fais et je comprends. »

Confucius

Le Maître, assujetti au devoir de transmission, améliore ses capacités à bien faire.

Le sceau

Notre devise — notre ADN — est inscrite dans le sceau de notre atelier.

Le sceau est simple, dépouillé, sans icônes mystiques. 

Il entremêle le cercle — l’unité, le temps, le ciel — et le triangle — l’harmonie, l’énergie, la terre.

Il porte, en son centre, le signe de reconnaissance de la franc-maçonnerie, la poignée de main, signe de paix qui, lorsqu’il est sincère et chaleureux, installe la confiance.

Dans notre sceau, sont symboliquement rapprochés : 

Bien penser et Liberté

 « Le Grand Orient n’admet aucune limite à la liberté de penser, à la liberté de conscience. » Cette liberté n’est pas un acquis. Peuvent la restreindre les contraintes extérieures, les contraintes intérieures, qui toutes deux favorisent l’émergence et l’imposition d’une pensée dominante. La pensée dominante est omniprésente. Elle fait de nous, parfois à notre insu, des êtres de certitudes plus que de convictions.

« On peut dire que l’Humanité n’est rien que par la pensée et que la pensée n’est rien que par la liberté ».

Jules Simon

Bien dire et Égalité

« Mon Frère, tu as la parole. » La technique de la prise de parole est certainement un point fort du rituel maçonnique : on ne peut parler qu’après l’avoir demandé et y avoir été autorisé ; on ne peut pas interrompre une prise de parole ; la parole s’adresse à tous, jamais à un seul. Cette méthode de travail régule et modère la communication et garantit à chacun l’égalité d’expression.

« L’importance d’une parole se mesure à la place qu’elle prend durablement en chacun de nous ».

Henri Gougaud

Bien faire et Fraternité

« Les Frères porteront à l’extérieur les vérités qu’ils ont acquises ». À la fin de nos réunions, nous sommes appelés à agir dans la société pour la comprendre et l’améliorer ; à pratiquer les vertus de l’altruisme ; à donner de son temps, sans calcul intéressé : un bon exemple de fraternité dans une modernité toujours plus égoïste, toujours plus frénétique. 

« C’est parce que nous sommes différents que notre fraternité a du sens. »

Albert Jacquard
Sceau sur le diplôme de reconstitution de la loge en 1864
Sceau sur le diplôme de reconstitution de la loge en 1864.
Médaille éditée pour le bicentenaire de la loge en 1988
Médaille éditée pour le bicentenaire de la loge en 1988.